Accès vers les informations pratiques pour se renseigner sur le droit du travail

 

Accès vers la prise de rendez-vous en ligne pour se renseigner sur le droit du travail








 
Les dernières mises à jour
 
Accueil > Emploi Formation professionnelle > Contrôle de la formation professionnelle > Actualités de la formation professionnelle > Cartographie et analyse de l’offre de formation professionnelle dans les (...)

Cartographie et analyse de l’offre de formation professionnelle dans les Hauts-de-France

| Publié le 8 mars 2019 | Dernière mise à jour le 28 mars 2019
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

4750 organismes de formation professionnelle (OF), plus de 1,5 millions de stagiaires, près de 800 millions d’euros de chiffre d’affaires… Une offre de formation plutôt volatile, éclatée et plus tournée vers les demandeurs d’emploi. La Direccte Hauts-de-France a commandé un rapport à l’IRA de Lille sur la « cartographie et l’analyse de l’offre de formation professionnelle dans les Hauts-de-France ». Éclairages.

Cartographie : les chiffres-clés

En septembre 2018, environ 4750 organismes de formation composent l’offre de formation dans les Hauts-de-France dont un peu plus de 50 % sont localisés dans le Nord, pour 17% dans l’Oise et 16% dans le Pas-de-Calais.

Cette offre est constituée principalement d’entités venant du secteur privé ( 97 % ) : indépendants, privé à but non lucratif (associations) ] et privé à but lucratif (sociétés). 70% des organismes de formation ont moins de 10 ans.

Le chiffre d’affaires global de l’ensemble des organismes de formation avoisine les 800 millions d’euros abondé principalement par des contributions publiques (260 millions d’euros, données consolidées2016). Il est en augmentation.

74% des organismes de formation ont moins de 75 000€ de chiffre d’affaires et 34 établissements seulement ont un chiffre d’affaires de plus de 3,75 millions d’euros.

En 2016, les organismes de formation ont formés environ 1 540 000 stagiaires, principalement de salariés (mais 20 % des stagiaires en 2016 sont des demandeurs d’emploi). La durée moyenne de formation est de 42 heures ; 74 heures pour les demandeurs d’emploi.

Analyse : premiers enseignements

Premier enseignement : la volatilité du marché de la formation professionnelle avec un renouvellement important des organismes de formation : 35 % des organismes de formation ont moins de 3 ans d’ancienneté sur le marché et 70 % ont moins de 10 ans d’activité. Cette volatilité peut s’expliquer par un marché ouvert où l’activité de formation d’une entreprise peut être fluctuante. Il suffit qu’elle ne soumette pas une année son bilan à la Direccte ou être sans activité pour être radiée en tant qu’organisme de formation. D’où un turn over important.

Deuxième enseignement : l’essentiel des organismes de formation sont de taille modeste : 74 % des organismes de formation ont un chiffre d’affaires inférieur à 75 000 euros par an en 2016 (le chiffre d’affaires médian étant de 20 726 euros) avec un chiffre d’affaires moyen de 196 513 euros. Beaucoup de petites structures au chiffre d’affaires souvent insuffisant caractérisent une offre de formation éclatée et fragile.

Troisième enseignement : une inflexion de l’offre de formation vers les demandeurs d’emploi. 20% des stagiaires sont des demandeurs d’emploi avec une augmentation de près de 19% entre 2015 et 2016 (pour une baisse de près de 9% pour les salariés) et une durée moyenne de formation de 74 heures (pour 42 heures pour l’ensemble des stagiaires). Cette inflexion va dans le sens de la volonté des pouvoirs publics d’orienter la formation vers les publics les plus fragiles.

Quatrième enseignement : on constate, à travers le maillage territorial, une prévalence de l’implantation des organismes de formation en zone urbaine et notamment dans les grands centres urbains au détriment des autres territoires. Notamment dans le Nord.

Perspectives

Compte tenu des enjeux relatifs à la formation professionnelle à travers la loi « Avenir professionnel », ce travail d’étude sur l’offre de formation professionnelle va se poursuivre les prochaines années, en maintenant une veille sur la structuration du marché : nombre et répartition des organismes de formation, flux financiers.

Il est attendu une augmentation importante des flux financiers identifiés à partir des bilans pédagogiques et financiers des organismes de formation due en partie à la hausse des contributions publiques et à l’intégration de l’apprentissage dans l’écosystème de la formation professionnelle.

Trois enjeux sont déjà identifiés : l’intégration de l’apprentissage, la certification à venir des organismes de formation et la numérisation des procédures d’accès à certains dispositifs comme le Compte Personnel de Formation (CPF). On en reparlera sous peu.

Contexte de la commande

En juin 2018, la Direccte (service de la formation professionnelle et du contrôle) Hauts-de-France a commandé à l’IRA de Lille un rapport d’étude dans le cadre du parcours de formation des stagiaires IRA.

Le projet visait à cartographier et à analyser l’offre de formation professionnelle dans les Hauts-de-France dans la perspective de la loi « Avenir professionnel », dont l’une des dispositions nouvelles est l’intégration de l’apprentissage dans l’offre de formation.

Ce projet a fait l’objet d’un rapport d’étude réalisé à partir des sources d’informations de la Direccte : système d’information recensant l’offre de formation professionnelle à partir de la déclaration d’activité des organismes de formation et des bilans pédagogiques et financiers

En savoir plus :

Contact : Hervé LEROY, responsable du contrôle de la formation professionnelle de la Direccte Hauts-de-France : herve.leroy@direccte.gouv.fr

--

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics