Les dernières mises à jour
 
Accueil > Économie Entreprises > Économie territoriale > Groupement d’employeurs : l’exemple du Geiq « A domicile 80 » dans la (...)

Groupement d’employeurs : l’exemple du Geiq « A domicile 80 » dans la Somme

| Publié le 10 mars 2017
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

L’histoire du Groupement d’employeurs pour l’insertion par la qualification (Geiq) « A domicile 80 » permet de comprendre tout l’intérêt qu’il y a de recourir à ces structures au profit de l’emploi et de la formation dans les territoires.

C’est en partant du constat d’un décalage dans la Somme entre les nombreux demandeurs d’emploi à la recherche d’une activité dans les services à la personne et les difficultés des structures concernées à recruter du personnel qualifié que la Direccte Hauts-de-France a poussé à la création du Geiq « A domicile 80 ».

Le contexte du secteur de l’aide à domicile dans la Somme

La Somme comptait, fin 2016, environ 290 organismes : 200 organismes déclarés et 90 agréés intervenant auprès de publics fragiles. Parmi ces derniers, 40% de structures publiques (communautés de communes, CIAS, CCAS…), 42% associatives et 18% d’entreprises privées.

En 2015 l’activité a représenté environ 3 500 000 heures travaillées pour quelques 5 800 intervenants auprès de 14 200 particuliers bénéficiaires

Au niveau national, selon une étude de France Stratégie/DARES (2014), le métier d’aide à domicile serait celui qui créerait le plus de postes sur les dix années à venir.

Localement, les structures de l’aide à domicile font régulièrement état de leurs difficultés à trouver des personnels qualifiés. L’enquête « besoin de main d’œuvre » de Pôle emploi, pour 2016, faisait état de 475 projets de recrutement, dans la Somme, pour des « aides à domicile et aides ménagères » avec des taux de difficultés (jusqu’à 90%) à recruter élevés dans certaines parties du territoire.

L’opportunité de créer un groupement d’employeurs

Dans ce contexte de manque structurel de main d’œuvre, la création d’un Geiq a été une des solutions pour répondre aux besoins de recrutement de nouveaux personnels qualifiés, en formant des personnes éloignées de l’emploi (contrats d’apprentissage, contrats de professionnalisation, autres contrats aidés…).

L’unité départementale de la Somme de la Direccte Hauts-de-France a, fin 2014, confié et cofinancé une étude de faisabilité (nécessaire en vue de la labellisation Geiq).

Le Geiq en gestation avait pour objectifs de :

  • répondre aux besoins de main-d’œuvre qualifiée des structures non lucratives du territoire ;
  • constituer un parcours d’insertion professionnelle qualifiant pour les métiers de la branche (et ainsi participer à valoriser l’image de ce secteur qui offre des opportunités d’emplois) ;
  • favoriser le travail concerté entre les structures sur la thématique « formation ».

Le déroulement de l’étude a permis un travail partenarial conséquent entre structures de services à la personne et leurs fédérations, Uniformation (OPCA), Pôle emploi, le Conseil départemental et la Direccte Hauts-de-France. Cet investissement-temps a permis de poser les premières étapes, facteurs de réussite, du Geiq, afin qu’il soit pleinement opérationnel, dès sa création.

Le lancement du Geiq « A domicile 80 »

L’association porteuse du Geiq a été créée le 2 juin 2016 à Péronne.

Elle regroupe 5 associations, membres fondateurs. Son champ d’action est départemental et elle bénéficie de différents concours financiers participant à son démarrage et à sa montée en puissance.

Elle a obtenu la labellisation « Geiq » décernée par la Fédération française des Geiq le 7 septembre 2016. Élément majeur du fonctionnement d’un Geiq, la mise en place du parcours de recrutement et de formation : il a été réalisé grâce à l’organisation de différentes réunions qui ont rassemblé les acteurs de l’emploi.

Les premiers recrutements (11 personnes éloignées de l’emploi) se sont faits via une information collective. L’ingénierie du parcours de formation a conduit à proposer le programme en deux temps :
• de mars à juin 2016, une période de préparation opérationnelle à l’emploi collective (POEC), qui permet au stagiaire de valider deux certificats de compétences professionnelles (300 heures) ;
• la validation du troisième certificat (100 heures) s’effectue après le recrutement par le groupement d’employeurs.

Dès la fin de la formation, et afin d’éviter toute rupture de parcours, les personnes ont été recrutées par le groupement pour être mises à disposition dans les associations employeuses et poursuivre leur parcours de formation. Une deuxième promotion a été lancée fin 2016.

En 2016
11 personnes embauchées par le Geiq : 8 contrats aidés jusque juin 2017 formation “Assistant de vie aux familles” (ADVF), - 100% de réussite au titre ADVF
et 3 contrats de professionnalisation jusque juin 2018 formation Diplôme d’État d’accompagnant éducatif et social (DEAES).
Perspectives 2017
Janvier : embauche de 6 contrats de professionnalisation pour la formation ADVF.
Développer le nombre d’adhérents.

La lettre hebdomadaire du ministère de l’économie et des finances à destination des entreprises

Les mesures de simplification administrative à destination des entreprises

Liens
DGE
Fonds Social Européen
Direction Générale du Trésor
Crédit impôt innovation
-- --

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics