Les dernières mises à jour
 
Accueil > Études Statistiques > Politique d’emploi > Insertion par l’activité économique (IAE) : diagnostic 2015 en (...)

Insertion par l’activité économique (IAE) : diagnostic 2015 en Hauts-de-France

| Publié le 2 février 2018 | Dernière mise à jour le 28 février 2018
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

En 2015, plus de 18 000 salariés en insertion ont travaillé chaque mois dans les 471 structures de l’insertion par l’activité économique (SIAE) de la région Hauts-de-France, pour un total annuel de 10 200 équivalents temps plein. Le diagnostic dans son intégralité et un panorama synthétique.

Chaque type de structure a ses spécificités, notamment en termes de secteurs d’activité. Dans l’ensemble peu qualifiés, les métiers des espaces verts et la maintenance des bâtiments dominent dans les ateliers et chantiers d’insertion (ACI) ; dans les entreprises d’insertion (EI), les métiers sont plus diversifiés et industriels ; les associations intermédiaires (AI) sont spécialisées dans les services à la personne et les entreprises de travail temporaire d’insertion (ETTI) positionnées sur les missions
temporaires dans l’industrie ou la construction.

Les ACI, et dans une moindre mesure les EI, accueillent un public composé en grande partie de demandeurs d’emploi inscrits depuis plus d’un an à Pôle emploi ou d’allocataires de minima sociaux. Les AI recrutent une majorité de femmes et une part importante de travailleurs âgés de plus de 50 ans. Enfin, les jeunes peu qualifiés et les travailleurs handicapés sont surtout présents dans les ETTI.

Le territoire régional apparaît inégalement couvert par les SIAE. Le Nord et l’Aisne sont les départements offrant le moins de places en IAE par rapport au nombre de demandeurs d’emploi de longue durée, alors que le chômage y est plus intense qu’en moyenne régionale. Les départements sont également couverts de manière inégale par les différents types de structures.

Les ACI et les EI sont plus présents dans la Somme et le Nord, mais beaucoup moins dans l’Oise. Ce département est en revanche le mieux couvert par les AI, suivi par le Pas-de Calais. Le Nord est peu couvert par ces structures proposant des mises à disposition. Le département de l’Aisne présente une offre relativement plus équilibrée entre les différents types de structures.

En 2015, plus de 127 millions d’euros ont été versés par l’État au secteur de l’IAE. Les exonérations sociales accordées dépassent les 50 millions d’euros. Le montant des subventions publiques atteindrait 260 millions d’euros en intégrant l’ensemble des financements.

Les résultats de ces investissements sont évalués quantitativement au travers des taux de retour à l’emploi de chaque structure. Ces données sont loin de refléter toute l’activité des SIAE. Afin de prendre en compte le travail social des structures, leur action devrait être davantage mesurée au regard des progrès du salarié en termes d’employabilité. Actuellement, aucun système d’information n’est capable d’évaluer ces progrès et de mettre en valeur l’engagement social des SIAE.

-- --

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics