Les dernières mises à jour
 
Accueil > Emploi Formation professionnelle > Fonds social européen (FSE) > L’appel à projets IEJ "apprentissage" est lancé

L’appel à projets IEJ "apprentissage" est lancé

| Publié le 24 juillet 2015 | Dernière mise à jour le 25 novembre 2015
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Traduction de l’engagement de l’Union européenne à s’engager en faveur de l’emploi des jeunes, l’initiative pour l’emploi des jeunes (IEJ) vise à offrir un parcours d’insertion professionnelle et sociale à la partie des jeunes Européens les plus en difficulté.

L’IEJ vise ainsi tous les jeunes âgés de moins de 26 ans sans emploi et ne suivant ni études ni formation (dénommés NEET ), résidant notamment en Picardie, et qui sont inactifs ou chômeurs (y compris les chômeurs de longue durée), qu’ils soient inscrits ou non en tant que demandeurs d’emploi.

Ces difficultés d’insertion professionnelle des jeunes nécessitent qu’une réponse appropriée puisse y être apportée. Aussi, dans le cadre du comité interministériel pour l’égalité et la citoyenneté du 6 mars 2015 et en complémentarité d’autres dispositifs existants (Garantie Jeunes, Écoles de la deuxième chance, EPIDE…), a été annoncée la mise en place du parcours « Réussite apprentissage » pour permettre l’accompagnement vers l’apprentissage de 10 000 jeunes résidant prioritairement dans des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV).

Dans le cadre de la mise en place de ce parcours, une attention particulière devra être portée aux jeunes en difficulté d’insertion, sortis du système éducatif sans qualification professionnelle (y compris ceux dont le contrat en alternance a été rompu) et résidant dans les quartiers prioritaires.

Il s’agit de jeunes :
-  sortis du 1er cycle de l’enseignement secondaire ;
-  sortis de l’enseignement professionnel sans diplôme ;
-  sortis des seconds cycles de l’enseignement général ou technologique sans avoir obtenu le baccalauréat.

Le parcours « Réussite apprentissage » devra comprendre trois phases d’accompagnement :

La première phase du parcours repose sur un entretien de diagnostic approfondi de la situation du jeune. Cette étape comprend :
-  une évaluation des compétences déjà acquises, dont les savoir-faire et savoir-être ;
-  la construction, la maturation et la formalisation d’un projet en lien avec la réalisation d’une formation en apprentissage.

La deuxième phase du parcours est celle de l’accompagnement vers l’apprentissage. Elle comprend :
-  l’acquisition de prérequis nécessaires à l’entrée en contrat : le porteur de projet prescrit au jeune, selon ses besoins, les mesures et outils dont il dispose en propre ou par le biais de partenariats.
-  des aides matérielles : elles peuvent être mobilisées dès lors qu’elles interviennent en complément avec les aides régionales existantes, pour faciliter l’entrée du jeune vers l’apprentissage (aides à la mobilité, à l’acquisition de matériels…) ;
-  l’intermédiation avec les entreprises et les chambres consulaires pour appuyer la recherche et la conclusion d’un contrat d’apprentissage.

La troisième phase du parcours est destinée aux jeunes ayant signé un contrat d’apprentissage et vise à prévenir la rupture de ce contrat. Elle comprend :
-  un accompagnement au début du contrat du jeune nouvellement intégré afin de sécuriser la relation tant pour le jeune que pour l’employeur ;
-  la mobilisation des aides matérielles pouvant accompagner le jeune dans l’apprentissage dès lors qu’elles interviennent en complément avec les aides régionales existantes.

De façon obligatoire, la réponse à l’appel à projets devra comporter un partenariat avec un ou plusieurs centres de formation des apprentis.

A noter que l’accompagnement proposé devra être d’une durée maximale de 12 mois.
Par ailleurs, la période de réalisation peut être pluriannuelle, sans pour autant dépasser 24 mois.

Enfin, il est à noter que les actions d’accompagnement, qui s’inscrivent dans les opérations sélectionnées et conventionnées, peuvent être engagées jusqu’au 31 décembre 2015. Tandis que la date limite de réalisation est fixée au 31 décembre 2017.

Le FSE interviendra en complément des crédits IEJ et de contreparties nationales et le taux d’intervention cumulé s’élève à hauteur maximale de 91,89 % maximum du coût total du projet.

En savoir plus :

Les dossiers de candidatures devront être déposés sur l’applicatif « ma démarche FSE » au plus tard le 7 septembre 2015.

Documents à télécharger :

Le portail officiel des programmes nationaux du Fonds social européen

Le portail des Fonds européens en France (FEDER, FSE, FEADER...)

Coordonnées des centres Europe Direct Hauts-de-France (Amiens, Douai, Dunkerque, Fourmies, Laon, Roubaix, Saint-Omer)

-- --

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics