Les dernières mises à jour
 
Accueil > Emploi Formation professionnelle > Emploi - mobilité professionnelle > Le Plan régional d’insertion professionnelle des travailleurs handicapés (...)

Le Plan régional d’insertion professionnelle des travailleurs handicapés (PRITH) 2016-2020 des Hauts-de-France

| Publié le 31 janvier 2017
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Les acteurs des Hauts-de-France concernés ont signé, ce 24 janvier 2017 à Lille, le Plan régional d’insertion professionnelle des travailleurs handicapés (PRITH) 2016-2020. Coup de projecteur.

Le Plan régional d’insertion professionnelle des travailleurs handicapés (PRITH) a pour objectifs, l’amélioration de l’accès à la formation et à l’emploi, la sensibilisation des employeurs publics et privés et l’amplification du maintien dans l’emploi des personnes handicapées en région (loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées).

A quoi sert le PRITH ?

Le PRITH a vocation à devenir le plan d’action unique du Service public de l’emploi (SPE) et de ses partenaires pour l’insertion des personnes handicapées en Hauts-de-France. L’échelon régional apparaît en effet comme l’échelon stratégique de mise en cohérence des politiques d’emploi des travailleurs handicapés.

Par ailleurs, le PRITH est le cadre de la déclinaison régionale des orientations de la Convention nationale multipartite d’objectifs et de moyens pour l’emploi des personnes handicapées (État, Pôle emploi, FIPHFP, AGEFIPH, Association des Régions de France, Caisse Nationale pour la Solidarité et l’Autonomie, Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés, Caisse centrale de la Mutualité sociale agricole) signée en novembre 2013* et des mesures arrêtées lors du Comité interministériel du handicap du 2 décembre 2016.

Une dynamique enclenchée en 2011 à consolider en 2017

Le PRITH en Picardie et en Nord - Pas-de-Calais a démarré conjointement en janvier 2011 et nombre d’actions ont été conduites ou sont actuellement en voie de réalisation dans les domaines de la formation des travailleurs handicapés, de leur accès à l’emploi et de leur maintien dans l’emploi, ainsi que de la mobilisation des employeurs. Mais la mobilisation de l’ensemble des acteurs concernés gagne à être consolidée au travers d’un document de cadrage régional comprenant un diagnostic, l’état des actions réalisées et les orientations à venir.

Partant de ce constat partagé avec ses partenaires, la Direccte a relancé la dynamique interinstitutionnelle visant à la formalisation du PRITH Hauts-de-France dans un document régional déclinant la Convention nationale multipartite. Après la phase de rédaction en 2016 et la consultation des partenaires concernés, la signature du PRITH concrétise, ce 24 janvier 2017, ce travail en commun.


L’ensemble des acteurs présents lors de la réunion du 24 janvier 2017 à Lille. (© Direccte Hauts-de-France)

Contexte : des personnes handicapées en difficultés d’emploi dans les Hauts-de-France

La région Hauts-de-France dénombre un peu plus de 6 millions d’habitants et 2,18 millions d’emplois au 31 décembre 2014. Près de 2 millions sont des emplois salariés, dont 488 000 au sein de la fonction publique et 182 000 sont des emplois non-salariés. Les emplois salariés se trouvent en majorité dans le secteur tertiaire (78 %) puis celui de l’industrie et de la construction (21 %).

La région Hauts-de-France est la région métropolitaine la plus touchée par le chômage. Au 4ème trimestre 2015, le taux atteignait 12,4 % de la population active, contre 9,9 % pour la France. Il diminue sur un an de 0,3 point (- 0,2 point pour la France métropolitaine).

La région compte près de 50 000 personnes handicapées demandeurs d’emploi (ou « demandeurs d’emploi bénéficiaires de l’obligation d’emploi » -DEBOE catégorie ABC-) à fin décembre 2015. Ils représentent 8,5 % de l’ensemble des demandeurs d’emploi, contre 8,3 % au niveau national.

La part des 50 ans et plus est de 45 %, soit deux fois plus que pour l’ensemble des demandeurs d’emploi en fin de mois. Ils restent en moyenne plus longtemps au chômage : 62 % ont une ancienneté d’au moins 1 an (contre 49 % pour l’ensemble des demandeurs d’emploi) et 40 % sont des demandeurs d’emploi de très longue durée (2 ans et plus), contre 29 % pour l’ensemble des demandeurs d’emploi.

Ils possèdent en moyenne un niveau de formation plus faible (près du tiers des DEBOE a un niveau inférieur au CAP) ainsi qu’une qualification moindre (exemple : manœuvre, ouvrier spécialisé, employé non qualifié).

La moitié des demandeurs d’emploi handicapés recherche un emploi dans l’un des 3 domaines professionnels suivants :

  • les services à la personne et à la collectivité (gardiennage, entretien, sécurité), soit 25% des DEBOE ;
  • le support à l’entreprise (comptabilité/gestion, RH, achats …), soit 13 % des DEBOE ;
  • les transports et la logistique (conducteur/livreur, manipulation/déplacement de charges …), soit 12 % des DEBOE.
En savoir plus :

Sur le site du ministère en charge du travail et de l’emploi : http://travail-emploi.gouv.fr/emploi/insertion-dans-l-emploi/recrutement-et-handicap/

Le site de l’Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées (AGEFIPH) :

-- --

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics