Les dernières mises à jour
 
Accueil > Un incubateur régional pour concevoir des services publics numériques

Un incubateur régional pour concevoir des services publics numériques

| Publié le 19 mars 2018
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

C’est à travers une méthode de travail « agile » que la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte) des Hauts-de-France conçoit et développe depuis peu des services publics numériques répondant aux besoins des métiers locaux d’aujourd’hui et facilement adaptables aux besoins de demain. Coup d’œil.

Une méthode de travail résolument contemporaine

Le service du système d’information et de l’accompagnement à la modernisation des services (SIAMS) de la Direccte des Hauts-de-France qui gère et accompagne les projets métiers au sein de la Direccte, a fait le pari de développer des services publics numériques rapidement et à moindre coût à travers un incubateur régional expérimental. Cette méthode de travail originale dans l’administration consiste à mettre en place une équipe restreinte qui va développer un produit correspondant à un besoin métier très ciblé dans un temps très court (10 semaines). Pour cela, le SIAMS s’appuie sur une longue expérience du développement d’applications et sur une équipe d’agents compétents sur les volets organisationnel, méthodologique et technologique afin de définir un cadre pertinent pour les besoins de l’incubateur. Le SIAMS a la particularité de réunir des agents certifiés sur les champs du référentiel « ITIL », de la méthode de projet « PRINCE2 » et de la méthode « AGILE SCRUM ».

Un premier projet réussi au service des usagers du service public

Pari gagné pour la première expérience menée par la Direccte Hauts-de-France. Les bénéfices engrangés sont à la hauteur des espérances attendus par la mise à disposition en 8 semaines d’un outil pouvant évoluer en fonction des besoins, avec des économies budgétaires estimées substantielles : entre 7000 € et 11000 € par an par rapport au prix de location constaté du même service offert dans le secteur privé.

Cet outil consiste en une application de prise de rendez-vous au service des usagers du service public d’information du droit du travail. Plus précisément, c’est un outil sous forme de widget* qui s’intègre au cœur de n’importe quel site internet. Il est orienté utilisateur et offre toutes les fonctionnalités utiles à la prise d’un rendez-vous simple et rapide, via internet ou via son téléphone portable. L’outil est proposé en mode SaaS**, ce qui peut permettre à d’autres services d’en bénéficier.

Une deuxième expérience plus ambitieuse en 2018 : en route vers l’IAE !

Un deuxième projet en cours de réalisation concerne la modernisation du dialogue de gestion du dispositif de l’insertion par l’activité économique (IAE). Il s’agit cette fois de faciliter et d’alléger la production d’éléments par les structures (en dématérialisant le support papier), de standardiser et de partager des informations avec des partenaires tels que les Conseils départementaux et Pôle Emploi, et enfin, d’affirmer un pilotage régional par l’État. Pour rappel, la Direccte des Hauts-de-France a géré un budget supérieur à 144 millions d’euros en 2017. Ce projet devrait donner naissance à un applicatif livré fin d’année 2018.

============
*Widget - Petit programme permettant d’accomplir une tâche particulière
**En mode « SaaS » (Software as a Service) : permet de s’abonner à un logiciel à distance au lieu de l’acquérir et de l’installer sur ses propres installations informatiques

-- --